Qu’est-ce que l’ichtyologie ?

L’ichtyologie est la branche de la zoologie qui étudie les poissons.

Histoire de la zoologie et de l’ichtyologie

Dès l'Antiquité, le philosophe grec Aristote (384 – 322 av. J.C.) tente de classifier les animaux.

Au Moyen-Âge, il est surtout question de bestiaires, souvent fantastiques.

Le XVIe siècle marque un renouvellement des sciences naturelles. Cela est permis grâce à l’observation poussée de la nature, ainsi que des grands voyages où des nouvelles espèces d’animaux sont trouvées. Néanmoins, les premiers ouvrages agrémentés de dessins d’animaux laissent souvent plus place à l’imaginaire qu’à l’exactitude scientifique. Le XVIe siècle voit également la naissance des cabinets de curiosités et de la volonté de collectionner des espèces animales et végétales. Alde a vendu aux enchères un important traité d’ichtyologie appelé L’histoire entière des poissons pour 10 000€ (Lot n°31 de la vente du 18 mars 2021). Une autre édition de L’histoire entière des poissons a également été adjugée pour 10 000€ (Lot n°40 de la vente du 20 octobre 2020). L’auteur de cet ouvrage, Guillaume Rondelet (1507 – 1566) est le premier à écrire un traité d’une telle importance portant sur les poissons.

Au XVIIe siècle, la conquête des régions nouvellement découvertes par les puissances européennes conduit de nouveau à la mise au jour de nouvelles espèces. Ces dernières parviennent parfois aux naturalistes uniquement sous forme de témoignages ou de croquis sommaires. Les descriptions se font de plus en plus précises au fil des siècles. Par ailleurs, l’utilisation du microscope, apparu vers la fin du XVIe siècle, dans le domaine des sciences naturelles provoque un bouleversement des connaissances zoologiques.

Au XVIIIe siècle, les naturalistes s’intéressent particulièrement à la classification et à la morphologie des animaux. La classification la plus courante s’appuie sur des critères anatomiques, et elle est définie par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707 – 1778). Par ailleurs, les sociétés savantes sont fondées à cette époque et diffusent largement des publications. Elles sont également à l’origine, tout comme les États, de voyages d’exploration (Amérique du sud par exemple et Pôle Nord au siècle suivant) dont les participants ramènent des croquis et des spécimens zoologiques. Ces expéditions disposent d’outils scientifiques, ainsi que d’ouvrages de sciences naturelles. Enfin, la disparition de la gravure sur bois au profit de la gravure sur acier permet une plus grande précision des planches zoologiques. Alde a par exemple vendu aux enchères pour 12 000€ un exemplaire de Naturgeschichte der Fische de l’auteur et illustrateur allemand Marcus Elieser Bloch (1723 – 1799), comprenant de nombreuses planches ichtyologiques (Lot n°13 de la vente du 06 juin 2014).

Au XIXe siècle, les capacités d’impression augmentent, permettant une plus grande diffusion et à moindre coût des ouvrages zoologiques de vulgarisation. La technique de la lithographie est également mise au point et permet l’apparition de la couleur grâce à la chromolithographie. La photographie est également inventée. Au fur et à mesure, les animaux quittent leur posture hiératique pour être figurés dans leurs environnements naturels. Parallèlement, la zoologie se professionnalise. Elle est jusqu’alors largement pratiquée par des amateurs passionnés ; pensons aux sociétés savantes qui se développent au siècle précédent. Le XIXe siècle voit en outre naître un intérêt grandissant pour les sciences paléontologiques qui conduisent à des réflexions sur l’évolution des espèces animales et de la place de l’humain. L’ouvrage de référence est Origin of species du naturaliste anglais Charles Darwin (1809 – 1895), paru en 1859. Alde a par ailleurs vendu aux enchères pour 6 250€ l’édition originale de la première traduction française de cet ouvrage (Lot n°9 de la vente du 24 juin 2021).

Le XIXe siècle voit l’émergence de la biologie marine, la zoologie étant jusqu’alors dominée par les animaux terrestres et la botanique. Des expéditions comme celle de l’HMS Challenger permet de découvrir une vie marine dans les grands fonds. La population devient par ailleurs férue d’aquariophilie.

Par ailleurs, les poissons ne sont pas en reste dans l’art. Cette estampe d’Hiroshige représentant deux poissons adjugée 5 625€ en est un excellent exemple (Lot n°86 de la vente du 02 décembre 2021).

Au début du XXe siècle, le tourisme vert de masse apparaît. La population, devenue majoritairement urbaine, cherche à retrouver la nature. Cela conduit à la notion d'environnement, à la nécessité de protection de la nature et à l’écologie. Le concept d’éthologie émerge également, cherchant à comprendre la relation des animaux entre eux et leurs comportements.

L'Histoire entiere des poissons.

par RONDELET (Guillaume).

Lyon, Macé Bonhome, 1558. 2 parties en un volume in-folio, vélin souple à recouvrements (Reliure de l'époque).
Édition originale de la seule traduction française du plus important traité d'ichtyologie publié jusqu'alors.

L'ouvrage décrit 244 espèces aquatiques de la Méditerranée. Fondamental pour l'histoire naturelle, par son texte et son illustration, il est l'œuvre du médecin et naturaliste Guillaume Rondelet (1507-1566), le père de l'ichtyologie française. Celui-ci enseigna la médecine durant plus de vingt ans à la faculté de Montpellier, où il eut comme élèves François Rabelais, auquel il inspira le personnage du docteur Rondibilis dans le Tiers livre, mais aussi Léonard Fuchs, Conrad Gesner, Pierre Belon, Charles de L'Écluse, etc.

Voir la notice dans son intégralité.